Public history Digitale Geschichte und Historiographie

Les Rendez-vous de l'histoire à Blois

10 Oktober 2018 to 14 Oktober 2018

Les Rendez-vous de l'histoire à Blois
Le C²DH sera présent à la 21e édition des Rendez-vous de l'histoire qui se déroulera à Blois du 10 au 14 octobre 2018 et aura pour thème: «la puissance des images».

Cet événement annuel constitue un point de rencontre incontournable pour les historiens et tous les passionnés d'histoire qui viennent en grand nombre participer aux conférences-débats, aux ateliers et découvrir les nouveautés au salon du livre d'histoire ou encore participer au cycle cinéma.

Sur leur stand (n°227), Cécile Duval, Laurence Maufort, Marco Gabellini et François Klein présenteront les principales activités de recherche en cours au sein du C²DH en mettant l’accent sur les trois axes suivants: l’histoire contemporaine du Luxembourg, l’historiographie numérique et l’histoire européenne.

Dans le cadre de la thématique sur « la puissance des images », des démonstrations seront organisées sur le rôle et la place de la réalité virtuelle et des nouvelles technologies dans le domaine de l’histoire. La réalité virtuelle peut-elle devenir le nouveau challenge de l’histoire publique et va-t-elle changer la façon dont nous percevons l'histoire? 

Nous aborderons ces questions lors de sessions d’immersion dans la réalité virtuelle réalisées sur notre stand:

« L'Histoire à travers la réalité virtuelle » (expériences de réalité virtuelle, séances de 15 min)

 

 

« La reconstruction et l’interprétation d'objets historiques avec un laser Artec Eva 3D » (séances de 15 min)

Dans le cadre du « Lab de l’enseignant et du chercheur », un espace consacré aux questions d’enseignement dans le monde éducatif et aux problématiques innovantes relatives à la recherche en sciences humaines, Cécile Duval et Marco Gabellini du C²DH proposeront un atelier sur le thème:

« L’iconographie, support documentaire à double tranchant », le vendredi 12 octobre 2018 de 15h45 à 17h, Salle 25, ESPÉ

La photographie et plus généralement l’iconographie, ainsi que les écrits appartiennent aux canaux classiques de communication de l’histoire publique et de l’enseignement. L’un ne va pas sans l’autre. L’écrit seul n’est pas ou plus suffisant, l’image seule peut voir son sens détourné sans écrit venant la resituer dans son contexte. Il faut donc incessamment vérifier les sources, confronter les données et croiser les informations liées à l’iconographie en générale et aux photographies en particulier. D’autant plus que le panel de sources utilisées s’est considérablement élargi. Certains seront tentés de jouer sur l’émotion générée par certaines photographies pour une plus grande sensibilisation du public, au risque de réinterpréter la photographie et donc de réécrire l’histoire. De plus, fréquemment, l’image n’est pas porteuse d’un sens unique. L’atelier se propose donc à travers des exemples concrets d’analyser l’usage des documents iconographiques comme support documentaire dans l’enseignement.

 

Pour plus d'informations: www.rdv-histoire.com